Sur Heather               À propos de la FCF   
 

Le message de la directrice exécutive



avril 2017


Bonjour à tous les membres de la FCF,

Avril est un mois chargé pour bon nombre de nos membres qui s’occupent de conformité fiscale. Les changements que la technologie a apportés à cette activité sont considérables. Je crois que l’on peut dire sans se tromper que la technologie améliore l’efficacité de même que l’exactitude et la qualité des déclarations fiscales et qu’elle est accueillie favorablement. Peu de fiscalistes souhaiteraient revenir à l’époque où l’on préparait laborieusement les déclarations à la main. Quoi qu’il en soit, l’évolution vers une numérisation pleine et entière du processus semble irrévocable.

L’innovation en matière de conformité fiscale ne se limite pas au secteur privé. Le 31 mars 2017, l’OCDE a publié un nouveau rapport, Technology Tools To Tackle Tax Evasion and Tax Fraud, dans lequel on peut lire que les administrations fiscales partout dans le monde mettent la technologie à contribution pour contrer, repérer et combattre l’évasion fiscale et la fraude fiscale. Au Canada, la technologie transforme le travail de conformité fiscale au sein de l’ARC, qui a maintenant recours à l’analyse de données (y compris l’analytique prédictive et l’analyse textuelle) et à la veille stratégique, dans une démarche axée sur le risque visant à améliorer l’organisation des ressources en vérification et à encourager la conformité chez les contribuables. Les déclarations fiscales contiennent d’importantes quantités de données qui peuvent être utilisées dans le cadre de ces efforts, et les institutions financières partagent maintenant leurs informations avec les autorités fiscales, à l’instar des gouvernements étrangers; tous s’inscrivent dans une tendance vers une plus grande transparence à l’échelle mondiale, comme l’illustre d’ailleurs parfaitement la norme commune de déclaration de l’OCDE. Même les médias sociaux jouent maintenant un rôle dans cette campagne générale de promotion de la conformité fiscale.

Au sein de la pratique en fiscalité, il semble probable que l’effet de la technologie — à la fois perturbatrice et productive — se fera sentir dans la prestation de services dont on a longtemps considéré qu’ils reposaient entièrement sur la perspicacité et l’intervention de l’être humain. On a cru que le travail de consultation, notamment, qui requiert des compétences techniques poussées, la capacité de planifier et l’exercice du jugement professionnel, était à l’abri des incursions de la technologie. Or, il semble que ce secteur d’activité n’échappera pas non plus au changement.

De nouveaux produits dans le domaine juridique font appel à des outils d’intelligence artificielle comme l’apprentissage machine et le traitement du langage naturel pour la recherche, l’analyse, l’interprétation des lois et l’étude de documents. Certains de ces produits se focalisent sur la fiscalité. Au Canada, le produit de pointe de Blue J Legal, Tax Foresight, permet de prédire, à partir des faits communiqués par les utilisateurs et de précédentes décisions judiciaires, les décisions qui seront rendues par les tribunaux à l’égard de certaines questions de classification aux fins de l’impôt. Les grands marchés, par exemple les États-Unis et l’Union européenne, disposent d’un nombre beaucoup plus grand de produits qui se font concurrence dans diverses branches du droit, y compris le droit matrimonial, les droits de l’homme et les litiges commerciaux.

L’évolution attribuable à ces nouvelles technologies s’apparentera à l’évolution observée en matière de conformité fiscale : les applications supposément plus rapides, moins coûteuses et plus exactes vont remplacer les exécutants habituels des niveaux subalternes. Ces changements vont influer considérablement sur les modèles d’affaires traditionnels, la formation et le cheminement de carrière des futurs professionnels. Cependant, l’incidence devrait être positive dans l’ensemble; les conseillers fiscaux disposeront de meilleurs outils pour réduire le risque, améliorer l’efficience, partager les connaissances, et ils auront plus de temps à consacrer aux relations clients de même qu’à l’interprétation et à l’application du droit fiscal. De nombreux conseillers s’habituent déjà à ce changement. La demande accrue de fiscalistes qui possèdent des compétences en matière de technologie – y compris une compréhension de la gestion de la circulation des données entre le client et les autorités fiscales, et des répercussions de cette circulation de l’information – sera un autre des effets de cette évolution. Il sera intéressant de voir comment les domaines de l’éducation et de la formation évolueront à mesure que s’estomperont les lignes entre la technologie et la pratique fiscale.

Au sujet des outils pour la recherche en fiscalité, j’ai mentionné dans un précédent message que la Fondation travaille à la prochaine génération de TaxFind. Dans le cadre de cette démarche, on a organisé ces derniers mois des séances avec les membres dans l’ensemble du pays, pour mieux comprendre l’expérience des utilisateurs de la version actuelle de TaxFind et leurs attentes pour l’avenir.

Étonnamment, cette rétroaction a clairement mis au jour la nécessité pour la Fondation d’intégrer des éléments de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage machine que les utilisateurs trouvent utiles dans d’autres contextes. Ainsi, on nous a demandé s’il serait possible d’attribuer un facteur de pondération aux articles selon la fréquence à laquelle ils sont consultés, téléchargés ou imprimés par de précédents utilisateurs de TaxFind, de façon à ce que les articles de plus grande qualité ou les plus populaires s’affichent en premier dans les résultats de recherche. On nous a aussi demandé si nous pouvions adapter TaxFind pour qu’il suggère de manière proactive d’autres articles aux utilisateurs (une fonction déjà offerte dans de nombreux sites populaires, comme Netflix). Toutes ces suggestions ont été bien accueillies et nous poussent à créer un outil qui sera encore plus utile pour nos membres.

On se reparle en mai.



 

Heather L. Evans
Directrice exécutive et chef de la direction

 



5/23/2017 6:45:51 AM