Sur Heather               À propos de la FCF   





Le message de la directrice exécutive


novembre 2016


Bonjour à tous les membres de la FCF,

Je suis directrice exécutive depuis à peine plus de deux mois, mais cette période a été occupée et productive. Tout en me préparant à la prochaine Conférence annuelle de Calgary et aux réunions connexes du comité exécutif et du conseil des gouverneurs, j’ai participé aux conférences fiscales de l’Ontario et des provinces de l’Atlantique. Ces conférences m’ont donné l’occasion de passer du temps précieux avec les membres (et de faire en sorte que mes qualifications techniques demeurent à jour). Cette année, bon nombre de nos conférences régionales se sont tenues à guichet fermé. La qualité du contenu et des conférenciers est exceptionnelle et continue de s’améliorer grâce entre autres à la contribution notable de nombreux jeunes fiscalistes. Merci à tous nos bénévoles, particulièrement les conférenciers et les membres du comité organisateur, pour votre engagement envers l’excellence.

Les commentaires et les conseils que j’ai reçus ces dernières semaines de la part de nombreux gouverneurs et d’autres membres de la Fondation ont été très utiles. De plus, j’ai pu constater que l’engagement envers notre organisation ne se limite pas à ses membres. De nombreuses parties prenantes de l’extérieur appuient notre travail et s’y intéressent, et leurs points de vue variés – que ce soit du milieu universitaire, gouvernemental ou des affaires – sont très instructifs.

J’ai également profité de la très grande générosité professionnelle offerte par Larry et l’équipe entière de la Fondation, qui ont rendu ma transition aussi efficace qu’agréable. La Fondation canadienne de fiscalité est très bien positionnée pour l’avenir. C’est dû en grande partie à l’exécution ciblée du plan stratégique mis en place il y a plusieurs années sous la direction de Larry.

Je travaillerai bientôt avec le comité exécutif, le conseil des gouverneurs et le personnel de la FCF à la prochaine version de notre plan stratégique, qui nous mènera à 2020. Ce processus commencera à la prochaine réunion du conseil des gouverneurs à Calgary.

Les sujets que nous explorerons comprennent notamment l’environnement en pleine évolution des services fiscaux et son incidence sur les professionnels; l’engagement des membres, dont les considérations relatives à la diversité et à la prochaine génération; l’innovation, notre stratégie numérique, et les canaux pour la prestation des services aux membres; et le rôle unique et essentiel de la Fondation en tant que commentatrice indépendante et respectée des questions fiscales. Il sera crucial dans tout ce travail de faire la juste part entre le respect de notre brillante histoire et le positionnement progressif devant mener à notre succès futur. Vos idées sur ces questions et sur toutes autres concernant la Fondation sont les bienvenues.

Dans une perspective plus large, je remarque que le résultat étonnant de l’élection présidentielle américaine a créé la consternation. Au moment d’écrire ces lignes, le président désigné forme l’équipe qui fera la transition au pouvoir et qui dirigera la nouvelle administration. Il y a actuellement des questions plus importantes que la fiscalité. Cependant, compte tenu de mon mandat, je limiterai mes observations à l’éventuelle politique fiscale américaine. Il y avait bien peu de détails justificatifs dans le programme fiscal présenté par M. Trump durant sa campagne. Par exemple, les mécanismes concernant le rapatriement considéré des bénéfices des sociétés à un taux ponctuel de 10 pour cent n’ont pas été divulgués. L’abolition des droits successoraux et de l’impôt sur les dons semble vraisemblable, et cela concorde avec la politique républicaine. En revanche, il sera sans doute plus difficile, compte tenu des préoccupations à l’égard du déficit, de trouver un équilibre entre les réductions d’impôt des particuliers et des sociétés promises et les dépenses ambitieuses en infrastructures qui sont également envisagées. La réponse immédiate du milieu des affaires canadien a généralement été de mettre l’accent sur notre capacité concurrentielle si les États-Unis vont de l’avant avec leur plan de réduire considérablement les taux d’imposition des sociétés. L’introduction potentielle au Canada d’une taxe nationale sur les émissions carboniques est aussi abordée. On connaîtra les détails avec le temps, mais les prochaines années promettent d’être très intéressantes.

Enfin (sur une note plus gaie), j’aimerais vous parler de la soirée que nous avons organisée pour reconnaître la contribution de Larry à la Fondation pendant ses huit années en tant que directeur exécutif. Plus tôt ce mois-ci, des fiscalistes de marque, dont d’anciens et actuels gouverneurs et dirigeants de la Fondation, de même que des membres de leurs familles et des collègues, se sont réunis à Toronto. Il y a eu de beaux hommages à Larry, remplis d’anecdotes amusantes, et l’annonce d’un nouveau prix créé par la Fondation. Le prix Larry Chapman sera remis à des étudiants qui non seulement obtiennent d’excellents résultats scolaires dans le cadre d’un programme d’études qui comprend la fiscalité, mais qui participent régulièrement à des activités parascolaires et qui redonnent à leurs collectivités. Ces critères ont été choisis pour refléter les réalisations personnelles de Larry. Le prix témoignera de son héritage durable.

On se reparle en décembre,

 

Heather L. Evans
Directeur exécutif et chef de la direction